31/03/2005

J'me voyais déjà... (suite)

L'avantage quand on s'appelle "Banneux" est qu'en plus de pouvoir raconter à tout individu d'une subtilité rare qu'on est très intime avec Bernadette Soubirou (on s'est d'ailleurs encore appelé hier soir), on a le plaisir de dire "amen" à chaque apparition de son nom dans les paysages d'ici et d'ailleurs.


Encouragé par une certaine forme de bêtise personnelle, il m'est souvent arrivé d'avoir des rêves de gloire, l'envie d'être remarquable et remarqué, de voir briller mon nom en haut de l'affiche.

 
Heureusement, grâce à notre extraordinaire société sportive et quantitative, cette envolée puérile et  romanesque ne dure jamais vraiment longtemps...

:/


11:21 Écrit par Monsieur Vernon | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.